Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Tradition - Voyages - Vie

Ma vie en Haïti 19

9 Novembre 2009 , Rédigé par Colmar City Publié dans #Haïti

Extrait de mon journal du Jeudi 24 juillet 1980.

Ah ! quelle journée. Tout d’abord, mon époux qui a décidé de pimenter mon récit, débute la journée en me taquinant. Il est vrai que je l’ai réveillé à 5h croyant qu’il était 6h. Mais ce n’est pas une raison de me parler de si bonne heure, de Hugues, un vieux copain de 17 ans. - « Ma chérie, c’est là, la seule manière de passer à la postérité pour ton prétendant, si jamais tu publiais ton journal. » Sacré mari, si tu savais combien innocente était l’affection qui liait un actionnaire de la Medimex et une ancienne Carabin !

14h à 15h. J’ai fait quelques courses en ville, ainsi que le plein d’essence, car demain je conduirai mon époux à Port au Prince où il fera passer des examens aux élèves ingénieurs. J’en ai profité pour aller faire un tour près de la cité lacustre du Cap Haïtien. Le soleil tape dur, 50° à 60° au soleil selon Jean-Claude, l’époux de Cathy, la propriétaire de l’hôtel Cormier. Cette chaleur accentue la puanteur de la cité où les indigènes grouillent et s’affairent. En face, près du port, de nombreuses marchandes ont installé leur maigre étal. Comme tous les jeudis du mois, le paquebot La Bohême, arrivé vers 11h30 a déversé un flot de touristes dans la ville et chacun essaye de « mettre du beurre dans son plat », comme on dit ici.

17h15. L’océan est agité, la digue disparaît sous les vagues et le mur de la pagode que l’on bâtit sur la plage, vient de s’écrouler. La mer n’a jamais été aussi haute et aussi près du mur d’enceinte de la propriété. Il va falloir que je rentre par la bananeraie car la plage a disparu sous l’eau. Les quelques touristes sont partis, je reste seule avec le chant du ressac et du vent dans les feuilles des poiriers pays.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> Je suppose que là bas pas d'épinards?...<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> Bonjour Marylou,<br /> <br /> Je lèverais les yeux et mon coeur éclatera de rire, d'amour et de joie.<br /> Howard Arnold Walter. Bises<br /> <br /> <br />
Répondre